Idée cadeau : Ze Guide « Famille presque zéro déchets »

couv_famille_zd_300On ne me la fait plus. Les bouquins sur les trucs et conseils pour être un bon éco-citoyen, très peu pour moi. Je n’ai pas besoin qu’on me dise comment faire, merci!

Pourtant, j’ai acheté Ze Guide « famille presque zéro déchets » fin juin 2016, à Chambéry, à l’occasion d’une conférence sur la démarche zéro déchet de San Francisco (plus sexy que celle de Roubaix, why?).

Pourquoi cet acte en totale contradiction avec mes habitudes : parce que je connais les deux auteurs et du coup je me suis dit « tiens ça devrait être bien, parce que j’aime bien leur approche des questions DD ».

Jérémie Pichon et Bénédicte Moret, sont Zi auteurs et Ze famille et ils ont déjà sévi avec (et pour) l’association Moutain Riders dont j’ai beaucoup apprécié les communications (fun et décalées ce qui reste rare dans le paysage français).

J’ai bien fait de sortir de mes habitudes et d’acheter Ze Guide que j’ai lu sur un long trajet en train cet été. Je me suis régalée et j’ai laissé trainer le bouquin chez les grands parents et à la maison.

Je trouve très pertinent d’aborder la question du développement durable et de la consommation non responsable par l’entrée « déchets ». C’est concret-  tangible ça fait plus pro- ça se voit, ça se sent et du coup on peut remonter tout le fil de nos choix de consommation et du dérapage total de l’industrie alimentaire (entre autre).  A partir du déchet on se questionne sur ce que l’on mange, comment on achète, sur ses besoins réels ou induits…

Je conseille Ze guide, en particulier aux acteurs du DéDé et de l’environnement qui fatiguent à entendre la liste interminable des meilleurs arguments pour ne pas changer. Ce très bon bouquin, plein d’humour, pas du tout culpabilisant et à portée de tous leur fera le plus grand bien au moral (à condition de s’autoriser à se marrer).

Pas besoin de réfléchir à mes cadeaux de noel cette année, un Ze guide pour chacun avec un joli papier cadeau (qui pourra être recyclé en déco). En plus ils sortent la version pour enfants le 10 novembre, donc ça va vraiment être Ze guide pour tous petits et grands (ma famille va me faire la gueule..) ou alors j’offre des tup tups….

Le lien vers le blog pour suivre les parutions, les astuces, l’agenda des conférences , les plans pour un halloween zéro déchets… http://www.famillezerodechet.com

Mon samedi après midi au COP in Toulouse

Samedi 29 mai, au lieu de jardiner en toute sérénité mon petit jardin de ville, je suis allée jouer à la négociatrice internationale pour la COP21.

La manifestation organisée par le CCFD Terre Solidaire en Midi-Pyrénées Roussillon , les Petits Débrouillards Midi-Pyrénées et l’association Avenir Climatique, consistait à jouer la COP21 sur une durée d’un après-midi. Les rôles distribués étaient ceux des différents délégataires représentant les pays ou groupes de pays, des représentants d’ONG, des lobbies industriels, Ban Ki Moon et j’ai cru voir passée Ségolène.

flyer cop in Toulouse

Après une rapide présentation des objectifs et des résultats attendus de la COP 21, chaque délégation a du travailler sur des engagements de réduction de GES, pour contribuer au fond mondial, de reforestation et d’arrêt de la déforestation.

Entre ces temps de préparation des engagements, des phases de négociation avec les autres délégations avaient lieu, soit sur des temps organisés, soit sur des temps « off », pendant le gôuter ou les pauses.

Deux rounds de négociation ont abouti à la présentation des engagements de chacune des délégations, après des discours plus ou moins coopératifs des représentants de chaque délégation. La simulation des résultats des engagements à échéance 2100 était projeté, pour apprécier les effets des engagements sur les émissions de GES mondiales et sur le niveau de température.

Même si nous ne « travaillions » que sur quelques critères qui étaient loin de couvrir tous les champs d’action capables de contribuer à l’atténuation, les débats et les négociations étaient très riches pour aborder toutes les variables, notamment sociales et sociétales (emploi, migrants, démocratie, agriculture..)  souvent oubliées par les militants qui – de mon point de vue- se cachent un peu trop derrière une solution miracle des énergies renouvelables.

Comme la plupart des participants ont joué à la fois le jeu du sérieux et de l’humour, l’après midi a été très agréable et je n’ai pas regretté mon jardinage (décalé au dimanche).

S’il faut tenter une analyse de l’outil pédagogique – je n’ai pas pu assister au débriefing – de mon point de vue, cet outil est fort intéressant pour faire toucher du doigt les enjeux de la COP21, mais pas adapté pour développer l’agir local. Je trouve l’écart trop grand entre les enjeux de niveau international et les possibilités d’appréhender les moyens d’actions localement sur son territoire.

Par contre je pense qu’il peut être décliné dans une dimension territoriale, avec au lieu des délégations, attribuer aux participants les rôles des acteurs locaux (mairie, entreprises, commerçants, habitants, écoles…) et ainsi contribuer à partager l’importance de travailler avec les parties prenantes des projets climat énergie.

Si un territoire est volontaire, je veux bien le décliner pour le tester sur une démarche de plan climat ou d’Agenda 21.

Merci aux organisateurs, tous bénévoles qui ont eu le courage de préparer et animer cette séance sans le soutien des collectivités locales.

 

copin Toulouse délégation PED
la délégation des Pays en voie de développement : même pas de table et un demi spéculos à se partager sans boisson, alors que les autres délégations étaient bien reçues.

 

Peut on rire du développement durable (Dédé)? (1)

Je publie à nouveau un article que j’avais écrit voici quelques années sur un autre site et j’en profite pour mettre à jour les liens. Voici ma sélection très officielle et très personnelle d’outils de sensibilisation au DD conviant avec bonheur l’humour. Dans la catégorie Vidéo de sensibilisation,  je me bidonne avec :

Les vidéos de Bridget Kyoto : 

Les vidéos de sensibilisation spécial montagne des Mountains Riders en particulier la série 2 des Willy-Billy : 

  • les gestes pour la planète d’Omar et Fred (désolée pour la pub)

Les anglo-saxons également sont très forts sur ce sujet et certaines perles sont visibles sur le site Dothegreenthing. J’aime beaucoup le Climate Kid  :

Dans la catégorie bédé : Cyril Pedrosa pour ses 2 Auto BIO : article sur greenselipar.fr , l’incontournable Reiser que les éditions Glénat ont réédité il y a deux ans; L’actualité de Monsieur Patate dessiné par Martin Vidberg qui n’aime pas qu’on le culpabilise. Nos voisins Suisses Plonk et Replonk dont certaines des cartes postales frisent le génie (ancien métier disparu)  Dans la catégorie sensibilisation en live je vous recommande :

  • A Nous de jouer qui propose de casser les tabous du DD avec ses Seynètes en entreprises ou lors de colloques et réunions aux sommets.
  • Et les Bataclowns qui sont les champions de la vulgarisation en direct-life du DD ou (tout autre sujet jargonisant). J’ai eu la chance d’assister à 3 reprises à leurs clown-analyses : c’est beaucoup plus efficace que les interventions prétentieuses et ampoulées de certains pseudo-experts.

Dans la catégorie communication de collectivité locale (on manque d’humour de ce côté là), La campagne de Com pour  le tri des déchets mise en place par la METRO en 2008 et dans le panneau de laquelle de nombreux internautes sont tombés (comme moi) : 

Formation Professionnelle : Villages de neige et Stations vertes, devenir une destination écotouristique

Une formation sur deux jours pour connaitre ce qu’attendent concrètement les clients et pour maitriser les méthodes et outils en vue de se positionner comme Village de neige, destination écotouristique.

Trajectoires Tourisme en Rhône-Alpes :

Villages de neige et Stations vertes : devenir une destination écotouristique – Trajectoires Tourisme en Rhône-Alpes.

Initiative : l’abecédaire du tourisme autrement

Une belle initiative à saluer : l’association belge Tourisme Autrement vient de mettre en ligne un document intitulé ABCdaire du Tourisme Autrement.

Je viens de le survoler – il y a tout de même 400 pages – mais au premier coup d’oeil il constitue une mine d’informations sur les différentes formes de tourisme « eco-responsable » .Bien utile pour qui souhaite s’engager dans le secteur.

Le lien direct : http://www.tourisme-autrement.be/index.php?option=com_content&view=article&id=176

Outil : organiser un événement éco-responsable sur l’agglo de Lyon

Une plateforme pour aider à l’intégration du développement durable dans les manifestations culturelles et évenementielles a été développée par  la Ville de Lyon, le Grand Lyon, la Région Rhône-Alpes et l’ADEME.

http://evenement-durable-agglo.lyon.fr/

Elle propose une méthode en 10 étapes clés, avec des conseils pratiques, des bonnes adresses et des ressources clés pour organiser des évènements éco-responsables sur le territoire de l’agglomération Lyonnaise.

Autre outil centré sur les manifestations sportives, la plateforme eco-manifestations sportives en Rhône-Alpes qui permet d’organiser et de labelliser « Manifestation sportive de nature et développement durable » son événement et de rechercher une éco manifestation.

Je rappelle l’existence de la plateforme ADERE qui constitue un très bon outil pour démarre et se poser les questions essentielles à l’organisation d’un événement éco-responsable, quelque soit le lieu de l’implantation.

L’attractivité touristique d’un territoire repose pour beaucoup sur les animations et événements qui y sont organisés. L’avantage est multiple : gain en image et notoriété, contribution à la sensibilisation des publics souvent considérés comme difficile d’accès et surtout loin des préoccupations éco-responsables, empreinte positive et sur la durée des accessoires non jetable qui se transforment en support de com (gobelets, sacs événements…).  Un investissement  qui gagne sur tous les fronts et sur la durée.

Voir aussi article sur les RDV des Moutain Riders sur le sujet.

Actu : préparez votre ski avec l’éco-guide des stations de montagne

L’édition 2010-2011 de l’éco-guide des stations de montagne est sortie en décembre dernier.

Les stations de Montmartre, de Normandie et de Bretagne n’y figurent pas encore malgré l’enneigement abondant de ces vacances de fin d’année.

C’est toujours le même objectif qui motive l’association Mountain Riders avec ce guide gratuit, disponible sous format papier et en ligne : présenter un état des lieux des bonnes pratiques de développement durable en territoire de montagne. « D’un côté, il permet aux stations d’évaluer ce qu’elles font et où elles en sont. De l’autre, il permet à chacun de faire des choix informés, en citoyen responsable. » rappelle Laurent Burget directeur de l’association.

L’éco-guide est le résultat de l’enquête conduite auprès des stations : la Mairie, l’office de tourisme et la société de remontées mécaniques doivent répondre à un référentiel de 40 actions concrètes autour de 7 thématiques (transport, énergie, aménagement, eau, déchets, social et sensi environnement).

A noter que la version 2010-2011 s’est enrichie de deux thématiques nouvelles  la pollution lumineuse et les actions mises en œuvre par les hébergeurs.

Ce n’est pas un répertoire de bonnes adresses, plutôt un baromètre DD des stations de ski à consulter avant et pendant son séjour en station.

Pour complèter la série, n’oubliez pas, avant de vous équiper en matériel, de vous procurer la dernière édition de l’éco-guide du matos .

Bravo encore à Mountain Rider pour cette initiative.